gay lgbt ebook fanfiction fantasy fairy vampire roman

Chapitre 1

La mort de Perséphone

Chapitre 1

*

*

L'imposant édifice de marbre se dressait au milieu du plus beau jardin de l'Olympe. Sans le voir, Perséphone s'engouffra dans la demeure de sa mère. A chacun de ses pas, les plantes qui ornaient les salles croissaient et se multipliaient pour recouvrir le sol froid. Mais la jeune déesse n'en avait cure. La colère qui déformait son beau visage était telle que les manifestations de son pouvoir, aussi impressionnant soit-il et qu'elle aimait beaucoup, la laissaient de marbre.

- Mère !

Le cri résonna dans le hall immense. Un long silence suivit avant que l'on entende une série de pas précipités. Comme par magie, la demeure de la déesse des moissons s'anima. Des dizaines de jeunes filles accoururent jusqu'à elle, lui présentant à boire et à manger. Cela ne fit que gonfler la colère de la jeune déesse.

- Mère ! Cria-t-elle de nouveau, affolant les vierges qui s'écartèrent.

- Inutile de crier ni d'apeurer ses pauvres jeunes filles.

Déméter apparut dans le fond de la salle, juste vêtue d'une longue toge blanche et ses longs cheveux blonds libres de toute attache. Une certaine contrariété se lisait sur les traits de la déesse, plissant ses yeux bleus.

- Tu ne devrais pas être ici, ma fille. L'hiver n'est pas fini.

Une rage sourde enfla dans la poitrine de la jeune déesse.

- Je veux mon fils ! Tonna-t-elle, perdant peu à peu le contrôle sur sa force colossale.

Le lierre qui couvrait une partie des murs blancs devint fou et crut tant et si bien, qu'en quelques secondes, qu'il emprisonnait les jeunes vierges entre ses branches.

- Suffit ! Gronda sa mère en levant les mains, forçant la plante à relâcher ses prisonnières. De quoi me parles-tu ? Que se passe-t-il avec Anastas ?

L'inquiétude assombrit le visage de la déesse qui s'approcha de sa fille, aussi lentement que s'il s'agissait d'un animal sauvage.

La colère de Perséphone disparut et la jeune déesse éclata en sanglots.

- Zeus ! Zeus a pris mon enfant ! Hoqueta-t-elle, une détresse aisément perceptible faisait trembler sa voix.

- C'est impossible, souffla Déméter en prenant sa fille dans ses bras. Mon frère peut parfois faire des choses étranges mais il ne ferait pas de mal à son petit-fils !

Perséphone se dégagea de l'étreinte maternelle en ricanant.

- Que tu peux être naïve Mère ! Si Anastas représente la moindre menace pour lui, il n'hésitera pas à le tuer ! Et tu le sais aussi bien que moi !

- Ne dis pas de sottises ! Demandons audience et nous verrons bien !

- Audience ? Souffla Perséphone, incrédule. Audience ? Répéta-t-elle en hurlant. Je vais de ce pas le trouver et exiger des réponses.

La jeune déesse fit demi-tour, tout en songeant qu'elle avait été idiote de penser que sa mère pourrait être d'un quelconque soutient face à Zeus.

- Perséphone ! L'entendit-elle crier derrière elle, tandis qu'elle prenait le chemin de la demeure du Dieu des Dieux.

Zeus était le dernier des salauds et elle le savait mieux que personne. Déjà, alors qu'elle était à peine pubère, son pouvoir lui avait fait peur et il avait tenté de se débarrasser d'elle en la jetant aux Enfers.

Le chemin fut court et elle se trouva vite devant le palais qui trônait au centre du domaine des Dieux. Dès qu'elle eut posé le pied sur la première marche de l'escalier de marbre qui menait au Palais de Zeus, un jeune éphèbe vint à sa rencontre. Il se planta devant elle, l'empêchant d'avancer.

- Maître Zeus ne peut vous recevoir, grande déesse. Il vous prit de prendre audience auprès de maître Hermès qui saura répondre à vos attentes.

La surprise figea Perséphone quelques instants. Mais lorsque les mots prononcés par le jeune adolescent prirent leur sens, elle le bouscula si fort qu'il en tomba inconscient au bas des marches.

- Zeus ! Tonna-t-elle, aveugle de rage, dans le grand hall.

Zeus. Répéta Echo, cachée derrière un pilier, affolée par la puissance instable de la déesse. Tous les dieux présents tremblaient devant la déesse chthonienne. Même Arès, qui attendait de voir son père, résistait difficilement au besoin urgent de fuir devant la folie meurtrière qui assombrissait le hall du Palais.

Zeus. Continua Echo, forcée par sa malédiction de répéter chaque mot qu'elle entendait. Le visage de la pauvre nymphe était baigné de larmes mais elle n'y pouvait rien. Elle aurait préféré fuir, comme certains l'avaient fait dès que la déesse était entrée mais la peur la paralysait.

- Que veux-tu Perséphone ? Gronda la voix du Dieu des Dieux.

Le hall résonna sourdement de la parole de Zeus sans qu'il ne soit visible nul part.

- Mon fils ! Je veux mon fils ! Hurla Perséphone, sa rage menaçant d'exploser à tout instant.

- Qui te dis qu'Anastas est ici ?

Sous les pieds des Dieux présents, la terre commença à trembler.

- Rends moi mon fils, Zeus !

La voix de Perséphone semblait venir de la terre grondante et emplissait l'air tout autour d'eux. Pourtant aucun ne dit mot, la terreur bloquant leur gorge. Arès posa un genou au sol, les mâchoires crispées.

En haut des escaliers qui menaient du hall au reste du Palais, le Dieu des Dieux apparut, dans toute sa majesté. Le regard dur qu'il jetait à sa fille en disait long sur son humeur.

- Sors Perséphone ! Ou il t'en coûtera !

Le ciel gronda à son tour et, au travers des arches percées dans les murs, on apercevait les éclairs illuminer le ciel assombri.

- Tu l'auras voulu Père !

Perséphone leva les bras vers le ciel. La terre répondit à son geste et trembla de plus belle. Les belles colonnes de marbre blanc se fendirent et les autres Dieux, arrachés à leur torpeur par l'explosion de puissance, s'enfuirent sans un regard en arrière. Seul Arès, incapable de se résoudre à fuir, resta là malgré la peur qui lui rongeait le ventre.

- Soit ! Souffla Zeus. Qu'il en soit ainsi.

Le Dieu des Dieux imita le geste de sa fille. Les bras levés vers le ciel, il commanda aux forces célestes. Et, alors sûre de sa puissance, Reine des Enfers, fille de Zeus et petite-fille de Gaïa, force primordiale de la Terre et des mondes souterrains, quelle ne fut pas la surprise de Perséphone lorsque tous les éclairs des ciel la frappèrent en même temps. Les yeux agrandis par la stupéfaction, la jeune déesse sentit la vie immortelle qui était la sienne s'enfuir.

 

Tao se redressa dans son lit, comme un clown qui sautant hors de sa boîte. Il haletait, sa peau couverte de sueur et le coeur battant à tout rompre. Il regarda tout autour de lui, essayant de calmer son esprit affolé. La pièce familière lui fut d'un grand secours et, lorsque son coeur eut retrouvé un rythme normal, il posa les yeux sur la forme qui gonflait les draps à ses côtés. Selena. Un fin sourire étira ses lèvres au souvenir de la nuit qu'ils avaient passé ensemble, chassant ce rêve étrange où il s'était senti mourir.

 

 


 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×